Single Blog Title

This is a single blog caption
Marque de la Fondation

Une nouvelle image pour une nouvelle ère

Cette transformation, la plus grande depuis 60 ans, change le visage des maladies cardiovasculaires, selon le chef de la direction

Depuis 1952, Cœur + AVC mène la lutte contre les maladies du cœur et l’AVC au pays.

Diego Marchese , Actuellement chef national de la direction par intérim de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC

Chef de la direction par intérim et vice-président directeur de Cœur + AVC

Avec le soutien de nombreux donateurs et bénévoles, Cœur + AVC a investi plus de 1,45 milliard de dollars dans la recherche vitale. 

Pendant cette période, le taux de décès liés aux maladies du cœur et aux AVC a baissé de plus de 75 %. Mais les besoins sont plus urgents que jamais. Les maladies du cœur et l’AVC sont encore parmi les principales causes de décès et d’hospitalisation, une personne sur deux au pays étant touchée par ces maladies d’une manière ou d’une autre.

Nous avons pris quelques instants pour discuter avec Diego Marchese, chef de la direction par intérim et vice-président directeur de Cœur + AVC, afin de discuter du nouveau look et de l’importance de se réinventer dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires.

 

Pourquoi un tel changement?

Nous avons connu de grandes réussites au cours des 60 dernières années, mais nous devons évoluer si nous souhaitons surmonter les défis urgents auxquels nous faisons face dans le domaine de la santé.

 

Vous parlez de défis. Pouvez-vous être plus précis?

En ce qui concerne le traitement des crises cardiaques, nous avons fait du bon travail. Les chances de survivre à une crise cardiaque aujourd’hui sont élevées. Par contre, bien des gens qui ont souffert de cardiopathies finissent par développer des troubles comme l’insuffisance cardiaque. Ces personnes souffrent. Plus tard qu’avant, certes, mais les familles souffrent toujours. L’insuffisance cardiaque n’est qu’un seul exemple des difficultés auxquelles nous faisons face, des difficultés qui, il y a 40 ou 50 ans de cela, n’étaient pas si importantes.

Le travail que nous avons fait dans la lutte contre le tabagisme a également grandement aidé à réduire les taux de décès. Par contre, aujourd’hui, ce sont des problèmes en matière d’alimentation auxquels nous faisons face. Il y a quelques années, on ne voyait pas de publicités de boissons sucrées et d’aliments hautement transformés visant les enfants. Nous savons que ce marketing a une influence sur les préférences alimentaires des enfants et qu’il contribue à la hausse de cas de diabète et d’obésité infantile.

Et nous ne faisons pas autant d’activité physique qu’avant. Quand j’étais petit, les enfants sortaient toujours jouer dehors. De nos jours, il faut que l’activité physique soit programmée. Même avec mes propres enfants! Si je ne prends pas assez bien les choses en main, ils n’ont tout simplement pas le réflexe de sortir jouer dehors. Ils sont vraiment fans des technologies et d’autres types de divertissements. Pour faire face aux défis de ce genre, nous avons besoin de nouveaux outils et de nouvelles sources de soutien.

 

 

En quoi la transformation aidera-t-elle Cœur + AVC à relever ces défis?

La recherche nous montre que le problème des maladies du cœur et de l’AVC touche l’ensemble du pays et l’ensemble de notre population diverse. Au pays, les maladies du cœur et les AVC fauchent une personne toutes les sept minutes. Ces maladies touchent les hommes et les femmes de tous âges et de toutes origines ethniques. Contrairement à la croyance populaire, elles ne s’attaquent pas qu’aux hommes blancs.

Nous avons dû évoluer à l’image de cette réalité. La nouvelle marque, c’est notre occasion de mobiliser davantage la population canadienne, de communiquer l’urgence de notre cause et de montrer que nous grandissons, que nous sommes prêts à relever les défis.

En plus de nos priorités stratégiques continues, nous avons accordé davantage d’importance à certains secteurs clés pour 2017. Nous nous efforçons de promouvoir des politiques ambitieuses en matière de santé des enfants, nous nous sommes engagés à éliminer les préjugés sexistes en matière de santé cardiaque et cérébrale, et à appuyer nos collectivités autochtones afin de combler le fossé en matière de santé chez ces peuples.

 

Qu’y a-t-il d’autre qui va changer?

Le financement de la recherche est un aspect critique de notre travail. Nous avons changé notre approche à cet égard : nous suivions auparavant un modèle de financement passif, tandis qu’aujourd’hui, nous catalysons les travaux les plus importants et les plus pertinents. Nous souhaitons nous concentrer sur les problèmes de santé les plus urgents auxquels la population du pays fait face aujourd’hui. Voilà pourquoi nous nous posons la question suivante : quelles sont les meilleures stratégies et approches? Nous avons également recours aux services d’experts sur le terrain pour nous guider.

Avant, nous divisions globalement nos fonds de recherche en quatre domaines : la recherche biomédicale fondamentale, la recherche clinique, la recherche sur les services de santé ainsi que la recherche sur la santé de la population. Les chercheurs nous envoyaient leurs demandes, puis nous les classions et financions les meilleurs projets. Mais ne vous méprenez pas : nous finançons toujours l’excellence en recherche.

Par contre, nous examinerons désormais la recherche sur les maladies de façon plus holistique, avec une meilleure intégration de tous les secteurs critiques, de façon à ce que les chercheurs talentueux puissent collaborer pour répondre aux questions et donner lieu à encore davantage d’innovations médicales.

 

 

Pourquoi Cœur + AVC devrait-elle prendre la tête des efforts visant à améliorer la santé de la population?

Pour plusieurs raisons. Tout d’abord, notre histoire démontre tout le succès que nous pouvons avoir. Effectivement, si l’on compare le taux de décès attribuables aux maladies du cœur et aux AVC à nos débuts et aujourd’hui, on constate qu’il a baissé de 75 %. Comme histoire de réussite en santé, on peut difficilement faire mieux. Tout cela n’aurait pas été possible sans le généreux soutien de nos donateurs et de nos bénévoles.

Ces résultats ont également donné des attentes élevées à la population, en plus de changer sa perception de Cœur + AVC. Elle s’attend à ce que nous prenions les devants, que nous prenions la parole en son nom et que nous l’aidions pour sa santé. Nos donateurs s’attendent plus que jamais à ce que nous leur montrions l’impact que nous avons. C’est ce que nous faisons de plusieurs façons, y compris à l’aide d’une section de notre site Web (coeuretavc.ca).

Les gouvernements provinciaux et le gouvernement fédéral perçoivent également Cœur + AVC comme un partenaire de première importance pour la santé de la population. Ils s’attendent à ce que Cœur + AVC prenne le rôle de chef de file et le conserve.

Et puis nous sommes également perçus comme une sorte de catalyseur tiers. Nous parvenons à rassembler différents partenaires pour améliorer la santé de nos compatriotes. Il s’agit là d’un point particulièrement fort de notre organisme.

 

Les changements que nous voyons sont nombreux. Y a-t-il certains points qui ne changeront pas à Cœur + AVC?

Notre vision ne change pas : Ensemble, éliminons les maladies du cœur et les AVC pour vivre en santé. En fin de compte, nous demeurons une même équipe avec un même objectif à l’échelle du pays. Une équipe qui regroupe à la fois nos donateurs, nos bénévoles, nos alliés et nos employés.

C’est ça, Cœur + AVC et c’est la raison pour laquelle nous travaillons ainsi. Même si nous changeons d’image, notre engagement face à notre vision ne change pas.

 

De quoi l’avenir a-t-il l’air pour Cœur + AVC?

Nous continuerons d’innover et nous le ferons de façon encore plus intelligente. Nous n’innovons pas juste pour le plaisir d’innover. Si certaines des choses que nous avons faites au cours des dernières années continuent de porter leurs fruits, si la population continue à croire en notre travail, nous poursuivrons ces efforts. Tout est une question d’impact.

Au fond, nous sommes comme n’importe quel autre organisme ou entreprise dans le monde : nous ne pouvons pas nous permettre de rester les bras croisés. Il faut aller de l’avant et penser à notre façon d’innover avant de passer à la prochaine étape quand on souhaite pouvoir faire face à de nouveaux défis et à de nouveaux problèmes. Je suis d’avis que c’est ce que nous faisons.

Nous acceptons les commentaires sur nos articles, mais vous prions d’éviter l’utilisation de propos dégradants et de demeurer courtois et respectueux envers les opinions des autres. La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC se réserve le droit de supprimer les commentaires non conformes à sa politique.

Laisser un commentaire