Single Blog Title

This is a single blog caption
happy-matured-woman-in-fall-smiling

Bien vivre sa ménopause : est-ce possible?

Bien vivre sa ménopause, c’est tout à fait possible, et c’est plus facile lorsqu’on maintient une bonne santé.

Bien vivre une ménopause, est-ce possible?

Johanne Blais

Dre Johanne Blais

Certainement! Mais pour ce faire, il faut bien comprendre ce qui nous arrive.

Commençons par définir cette période de la vie. La ménopause est un phénomène des plus naturels qui survient en moyenne vers 51 ou 52 ans et qui correspond à la fin de la période des menstruations (due à l’arrêt du fonctionnement des ovaires). On considère une femme comme ménopausée lorsqu’elle a un arrêt complet de ses menstruations pendant 12 mois consécutifs.

Notez que les fumeuses peuvent être ménopausées jusqu’à cinq ans plus tôt. Par ailleurs, votre hérédité peut aussi vous jouer un tour. Par exemple, si votre mère a été ménopausée vers 45 ans, vous risquez de l’être vous aussi vers cet âge-là. Il se peut que vous ayez des symptômes même si vous êtes encore menstruée de temps en temps. C’est ce qu’on appelle la périménopause, période qui peut durer de deux à dix ans avant la ménopause.

Jetons un coup d’œil à ces symptômes, qui peuvent être physiques ou psychologiques, et qui ont un impact important sur la vie personnelle et professionnelle des femmes. On parle ici de bouffées de chaleur, de sueurs nocturnes, de palpitations, de troubles du sommeil, d’humeur labile, d’irritabilité, d’anxiété, de fatigue, de troubles de la concentration et de la mémoire, de gonflement abdominal, de sensibilité mammaire, de diminution de la libido, de sécheresse vaginale, d’incontinence urinaire, de douleurs articulaires, de peau sèche et de perte de cheveux.

Mais rassurez-vous : ce ne sont pas toutes les femmes qui vont vivre cet ouragan hormonal. Cette période de la vie est différente pour chacune. C’est pourquoi les traitements, si nécessaire, sont individualisés en tenant compte de l’intensité des symptômes et de l’impact sur la qualité de vie.

Avant de parler de traitements, je veux attirer votre attention sur le lien entre la ménopause et la santé de votre cœur. Le risque de développer une maladie coronarienne augmente aussi avec la ménopause.

Avant cette période, nous sommes relativement protégées par la présence d’hormones naturelles sécrétées par l’organisme. Lorsque nous sommes ménopausées, la chute du taux d’estrogènes peut entraîner des modifications de certains facteurs de risque de maladies cardiovasculaires (MCV) tels qu’une augmentation du mauvais cholestérol (LDL), une diminution du bon cholestérol (HDL), une élévation de la pression artérielle et de la glycémie et une prise de poids, avec comme résultat un risque de problèmes cardiovasculaires accru.

Cependant, nous avons à notre portée la meilleure pilule pour nous protéger contre les MCV : l’activité physique! Pratiquée régulièrement, elle a en plus un effet antidépresseur et de stabilisation de l’humeur très efficace. Ajoutons à cela une saine alimentation et une bonne gestion du stress, et vous serez avantagée lors de votre ménopause : moins de symptômes dérangeants et le maintien d’un cœur en santé.

En fonction de l’intensité de vos symptômes, plusieurs traitements hormonaux ou naturels peuvent être envisagés. L’hormonothérapie ne devrait pas être prescrite dans le seul but de réduire le risque cardiovasculaire.

Mon conseil : prenez le temps de discuter avec votre médecin pour regarder lequel des traitements hormonaux ou non est le meilleur pour vous, en tenant compte de vos facteurs de risque (cancer du sein, MCV, etc.). Vous pourrez alors prendre la meilleure décision possible et retrouver une belle qualité de vie.

Cet article est inspiré du livre Le Cœur des femmes : comprendre les maladies cardiovasculaires pour mieux les combattre », par Hermann Danièle. 

 

1 Response

  1. Bonjour,
    Je vous remercie docteur pour les conseils et les informations à propos de la période de la ménopause que vous avez donnée. Je sais maintenant ce que je dois faire pour affronter cette période. Merci

    Linda

Nous acceptons les commentaires sur nos articles, mais vous prions d’éviter l’utilisation de propos dégradants et de demeurer courtois et respectueux envers les opinions des autres. La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC se réserve le droit de supprimer les commentaires non conformes à sa politique.

Laisser un commentaire