Single Blog Title

This is a single blog caption
A team of emergency medical services at work, lifting an injured woman on a stretcher, to carry her away

La crainte d’effectuer la RCR rend notre population vulnérable

Selon une étude récente menée à l’échelle nationale dans le cadre du programme de recherche Rescu de Toronto, beaucoup de gens sont réticents à intervenir s’ils sont témoins d’un arrêt cardiaque.

La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC veut faire savoir à tout le monde que la réanimation cardiorespiratoire (RCR) n’est plus ce qu’elle était et que les mentalités doivent évoluer.

Pourquoi autant de gens craignent-ils encore d’intervenir?

Cette crainte peut être éliminée en la décortiquant selon ses diverses causes :

 

La crainte de faire mal à la personne

Lorsqu’une personne subit un arrêt cardiaque, sa seule chance de survivre est de recevoir une RCR précoce, c’est-à-dire dans les premières minutes de l’événement. Son cœur s’est arrêté de battre efficacement et n’arrive plus à pomper de sang vers le cerveau, les poumons et les autres organes. À ce stade, vous ne pouvez pas lui faire mal, mais seulement l’aider.

 

La crainte d’effectuer de mauvaises manœuvres

Auparavant, la RCR était une technique compliquée et difficile à retenir pour beaucoup de personnes. Pourriez-vous vous rappeler ce que vous avez appris lors d’un cours de natation que vous avez suivi à l’adolescence? Était-ce 15 compressions et deux ventilations, ou le contraire?

Oubliez tout ça. La RCR d’aujourd’hui n’est pas la RCR que vous avez apprise dans le passé.

Tout le monde peut effectuer la RCR à mains seules, et ce, même sans avoir suivi de cours. Tout d’abord, appelez le 9-1-1. Ensuite, placez les mains l’une sur l’autre au centre de la poitrine de la personne et poussez fort et vite; vous n’avez qu’à penser au rythme de la chanson Stayin’ Alive. Continuez de pousser jusqu’à l’arrivée des secouristes.

Si vous manquez d’assurance, sachez que des répartiteurs d’urgence de partout au pays apprennent à guider les appelants alors que ces derniers effectuent la RCR. Vous n’avez qu’à composer le 9-1-1, et le répartiteur vous dira exactement quoi faire. Vous ne serez pas seul!

 

La crainte de donner le bouche-à-bouche à un inconnu

Si l’idée du bouche-à-bouche vous répugne, rassurez-vous : cette technique n’est pas nécessaire.

Le bouche-à-bouche, ou respiration artificielle, n’est plus automatiquement pratiqué dans le cadre de la RCR, particulièrement pour les personnes qui n’ont jamais suivi de cours de secourisme. Ne laissez pas cette crainte vous empêcher de pousser fort et vite sur la poitrine de la personne.

 

La crainte d’utiliser un DEA

Au pays, la plupart des gens savent ce qu’est un défibrillateur externe automatisé (DEA), mais bon nombre d’entre eux déclarent qu’ils auraient peur d’en utiliser un. N’ayez crainte! Les DEA sont simples à utiliser : ils sont dotés d’un programme d’instructions vocales qui vous indiquent exactement ce que vous devez faire, et surtout, ils ne délivreront un choc que si la personne en a besoin. Ils ne peuvent pas faire de mal. Si vous avez un DEA à votre disposition, n’hésitez pas à l’utiliser.

Être témoin d’un arrêt cardiaque peut être une expérience perturbante, particulièrement si vous connaissez la personne. C’est pourquoi la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC est engagée à simplifier l’apprentissage et l’exécution de la RCR, et d’en rehausser l’efficacité. Lorsque nous avons publié une mise à jour des lignes directrices canadiennes l’an dernier, nous avons souligné l’impact crucial des secouristes non professionnels qui interviennent rapidement pour doubler, voire tripler, les chances de survie.

Bien qu’elle ne soit pas une technique parfaite, la RCR à mains seules donne les meilleures chances de survie.

Si vous désirez en apprendre plus (et vous exercer à la RCR avec un DEA), un cours de Cardio-secours de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC vous permettra de mettre vos compétences à jour en seulement quatre heures. Notre réseau de plus de 12 000 instructeurs offre des cours dans des collectivités aux quatre coins du pays. Apprenez-en plus à reanimation.fmcoeur.ca.

La RCR à mains seules est une intervention essentielle à connaître, car on dénombre environ 40 000 arrêts cardiaques par année au pays. La grande majorité des cas se produisent à la maison et dans des lieux publics. Ils sont si communs qu’ils peinent à soulever l’attention des médias. Malgré cette situation, de plus en plus de gens sont encore en vie aujourd’hui grâce à une personne qui a eu le courage d’effectuer la RCR et d’utiliser un DEA.

La seule crainte que vous devriez avoir est de laisser cette dernière vous empêcher d’intervenir si vous êtes témoin d’un arrêt cardiaque. En effet, la pire erreur que vous pouvez commettre est de ne rien faire.

 

Nous acceptons les commentaires sur nos articles, mais vous prions d’éviter l’utilisation de propos dégradants et de demeurer courtois et respectueux envers les opinions des autres. La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC se réserve le droit de supprimer les commentaires non conformes à sa politique.

Laisser un commentaire