Single Blog Title

This is a single blog caption
Susan Robertson

Quand l’AVC cause la démence à un jeune âge

Susan Robertson était mère d’adolescents et infirmière à temps plein lorsque sa mémoire a commencé à lui jouer des tours.

Seules les personnes les plus proches de Susan Robertson sont au courant du tableau blanc dans sa cuisine. Chaque jour, elle y gribouille des noms de personnes et d’endroits et des rendez-vous dont elle n’arrive pas à se souvenir.

À l’âge de 36 ans, Susan a subi un AVC. Elle a ensuite mis 12 mois à se rétablir, accompagnée d’un physiothérapeute qui l’a aidée à retrouver sa mobilité et à surmonter la faiblesse qu’elle éprouvait désormais du côté droit.

La mémoire à court terme de Susan, qui est au début de la quarantaine, a commencé à défaillir. Ce déclin lent et stable s’est tout d’abord manifesté par l’oubli de dates et de rendez-vous, puis a progressé vers l’oubli d’événements récents. Avant que Susan s’en remette à son tableau blanc, ses amis n’arrivaient pas à comprendre pourquoi elle ne se présentait pas à la plupart de leurs sorties.

Le lien entre l’AVC et la démence

L’AVC est une attaque qui se produit dans le cerveau, vers lequel il interrompt la circulation sanguine, causant ainsi des dommages irréversibles. Les cellules cérébrales meurent au rythme de 1,9 million par minute après un AVC et ne peuvent pas être remplacées. Bien que certains patients arrivent à survivre à un AVC sans subir d’incapacités physiques immédiates, ils subissent toutefois des lésions cérébrales qui peuvent entraîner des conséquences dévastatrices plus tard.

Des études démontrent que l’AVC est étroitement lié à un type de déficience cognitive appelé « démence vasculaire ». Le terme vasculaire signifie que le problème concerne les vaisseaux sanguins.

Malgré le fait que le risque augmente avec l’âge, l’AVC frappe de plus en plus de personnes dans la force de l’âge, comme Susan. Cette constatation n’est souvent pas facile à accepter pour les victimes et leur entourage, car l’AVC et la démence sont des problèmes généralement associés aux personnes âgées.

« Les gens, et particulièrement les amis, sont surpris, car ils ne comprennent pas la situation, explique Susan. Ma famille comprend mieux ce qui se passe parce que je vis avec elle et que je lui parle davantage. »

Lorsque Susan a commencé à éprouver des problèmes de mémoire, elle avait beaucoup à gérer, y compris un emploi d’infirmière à temps plein et deux adolescents à la maison. Elle se disait que ses difficultés étaient sûrement un signe normal de vieillissement. Cependant, au fond d’elle-même, elle savait que quelque chose n’allait pas.

« Si vous oubliez quelque chose dont vous n’avez aucun souvenir jusqu’à ce que quelqu’un vous en parle, c’est là que vous savez que vous avez un problème. »

 

Loin d’être un signe normal de vieillissement

Selon des estimations fondées sur les données canadiennes les plus récentes, pour chaque 100 patients sans antécédents de démence, 16 seront probablement atteints de démence après leur premier ou deuxième AVC.

Lorsqu’une personne subit un AVC, un dépistage précoce de la démence est crucial. Selon le Bulletin sur l’AVC 2016 de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, le dépistage du risque chez les personnes de moins de 65 ans serait plus difficile que chez les personnes âgées, et pourrait même prendre des années. Cela est dû au nombre de causes potentielles de modification des comportements pouvant nuire au diagnostic à ce stade.

Pour sa part, Susan a suivi des séances de physiothérapie, sans toutefois passer d’évaluation des fonctions cognitives ou recevoir de traitement après son AVC. Elle a fait appel à un collègue orthophoniste pour surmonter son nouveau bégaiement, mais n’a reçu aucune autre forme de thérapie.

Ce n’est que quatre ans plus tard, après avoir oublié de se présenter à une importante réunion de famille, que Susan a passé un test d’évaluation des fonctions cognitives. Ses résultats ont démontré que l’AVC avait entraîné une perte de mémoire permanente, en plus d’avoir affecté sa capacité à trouver ses mots ainsi que ses fonctions exécutives, c’est-à-dire l’ensemble des procédés mentaux qui vous permettent de traiter de l’information, de résoudre des problèmes et de raisonner.

Après avoir reçu le diagnostic qui confirmait qu’elle souffrait de déficience cognitive, Susan a dû cesser de travailler.

« Mon travail reposait sur ma capacité à exécuter plusieurs tâches à la fois. J’ai dû arrêter de travailler parce que je n’ai plus cette capacité. Perdre son emploi, c’est comme perdre une partie de soi. C’est une épreuve vraiment difficile à accepter. »

Ce coup dur a entraîné Susan dans un processus de deuil tumultueux. En plus de devoir suivre une réadaptation physique, elle devait combattre la dépression. D’ailleurs, encore aujourd’hui, elle doit composer avec l’angoisse d’une récidive imprévisible.

« Ça a été très difficile à digérer. Je ne voulais pas y croire. Je suis passée par toutes les étapes du deuil : le déni, la colère et, finalement, l’acceptation. Mon arrière-tante m’a offert un bracelet sur lequel on peut lire “It is what it is”, une façon de dire “C’est la vie.” Je ne l’ai jamais enlevé. Il me rappelle d’accepter les choses comme elles sont au quotidien. »

Maintenant que le lien entre l’AVC et la démence a été mis au jour, l’histoire de Susan donne encore plus de poids à l’urgence d’offrir du soutien aux survivants de l’AVC, et ce, en ce qui a trait non seulement aux séquelles physiques immédiates, mais également aux déficiences cognitives à long terme.

Au cours des derniers mois, Susan a trouvé le moyen de continuer à vivre sa passion des soins infirmiers et d’aider les gens. En effet, elle fait désormais du bénévolat pour la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC afin de sensibiliser sa collectivité à l’AVC et aux facteurs de risque modifiables qui peuvent réduire le risque d’AVC et — nous le savons maintenant — de démence. De plus, elle travaille d’arrache-pied à mettre sur pied un groupe de soutien pour les autres survivants de sa ville natale, Windsor, qui en ont grandement besoin.

6 Responses

  1. rodembourg francis

    j’ai fait un avc ,j’avais 39 ans ,1 ans après une opèration cardiaque une valve ST JUDE aortique en 1988 ,actuellement je fais du benevolat pour différentes associations j’ai été animateur responsable d’un club coeur et santé de la FFC en vendée pendant 8 ans ,j’ai participé à la création de AVC 85 à LA ROCHE SUR YON et depuis 2 mois je suis president d’une association d’animations pour les personnes agées hospitalisé ,je crois qu’il faut toujours se remettre en questions et éssayer de voir si nos connaissances sont toujours à jours ,et chercher à valider nos acquis ,les ameliorer et les transmettre aux autres ,je crois que tous les acquis que nous apprenons gratuitement dans notre jeunesse,nous devons le retransmettre gratuitement aux autre .

  2. Louise couture

    J’ai fais un AVC en octobre 2012 j’ai paralysée tout le côté gauche je vie avec une perte d’équilibre et une faiblesse du côté gauche j’aimerais connaître des exercices faire pour retrouver mon équilibre et de la force dans ma main, mon bras et ma jambe du cotè gauche écrit beaucoup à l’avance je suis découragée de vivre comme cela

  3. Diane Boyer Picard

    Bonjour je veux vous partager mon experience de vie je prends des anti depresseurs depuis plus de 4 ans.Dernierement mon fils qui vit en Californie m appelle il me dit maman je suis en super forme j ai de l energie il me dit je prens du Kombucha deux fois semaines je n en reviens pas comme c est extra. Moi et mon conjoint commencons a voir sur internet ou je pouvais me procurer du Kombucha. On fini par trouver que chez Rachel Berry il y en n a. Je m en vais la a Chateauguay je demande a une dame si elle pouvait m aider elle me dit que puis je faire pour vous. Je lui demande si elle avait du Kombucha elle me dit oui et me montre une petite bouteille genre concentre, je lui dit non c est pas comme cela c est une genre de bouteille qui se boit. Elle me dit bien oui c est du Rise. Il y a 8 sortes de bouteilles Rise et chaqune a des proprietes. Moi ce qu il me fallait c est quelque chose pour le stress et manque d energie depuis 2ans. Elle me dit c est le Rose et Schizandra qu il te faut. Mais la dame me dit tu dois le prendre de cette facon tu brasses la bouteille car il y a un depot qui se forme, une fois brassee tu attends 1 minute avant de l ouvrir et tu en mets environ 1 pouces dans un petit verre a jus que je prends le matin. C est un produit Bio et en plus fabrique par deux jeunes de Laval et c est eux qui ont les restos Crudessence a Montreal et un nouveau a Quebec que j ai vu en fin de semaine derniere.ce qui a dans ce produit eau purifiee, sucre de canne evapore,culture bacterienne de kombucha, petales de roses,baies de schizandra,betoine, the vert,the noir et fleur d hibiscus. Tout est bien indique sur la bouteille mais pas la quantite a prendre. Une semaine apres avoir commence a prendre ce produit mon energie est complement revenu je le prends depuis 1 mois, je ne suis plus stresse et je n ai plus de hamster dans ma tete qui tournait tout le temps. J ai arrete mes anti depresseurs 2 semaines apres et je n ai plus de bouffe de chaleur alors j ai arrete mes hormones je prends seulement mes prometrium. Il existe aussi celui menthe et chlorophyle celui la c est pour faire une petite cure a notre systeme quand il est encrasse. Hibiscus lui ca te relaxe se serait comme venir de faire un cours de yoga, il y a citronelle, gingembre,erable et bleuts et j en passe. Je voulais partager ce grand moment de bonheur avec vous tous ,car il y a 2 mois je me disais a quoi bon vivre quand on n est tout croche. Mais la au contraire je veux vivre, tout faire et tout voir et partager. J ai meme ete passe un tapis roulant 2 semaines apres avoir commence le produit et la cardiologue elle me sonde le coeur et je lui dit que ca ne filait pas trop avant que j avais le souffle court et quand je marchais j etais essoufle. Elle me dit alle sur tapis roulant et la je commence a jaser avec l infirmiere qui est super gentille et je lui parle du nouveau produit que je prends Rise et je lui dit meme que depuis je le prends plus d antidepresseur et en plus plus de bouffe de chaleur, l infirmiere regarde la cardilogue et dit ce serait bon pour Nathalie. Je finis le tapis roulant la cardilogue reviens m osculter mon coeur elle me dit tout est beau continuer a marcher n arreter pas c est tellement important la marche pour la sante du coeur. Je leur dit merci et la cardilogue me dit c est quoi deja le nom du produit pour que fasses des recherche cela m interesse. Et la je me suis dit yes pour qu une cardiologue me demande le nom au moins une personne s interesse a notre bien etre et non seulement aux tonnes de pilules que le systeme nous injecte. Bonne journee a tous j ai vu la lumiere au bout du tunnel. J ai de bonnes genes car mon pere aura 100 ans le 5 septembre et il est solide comme un chene, toute sa memoire et il vient a peine de quitter sa residence qu il entretenait tout seul, faisait ses chaudrons de soupe, faisait ses tartes aux pommes, son lavage et repassage, son menage, entretenait ses plates bandes et cultivait son jardin dont nous ses 5 enfants avions souvent des petits sacs de legumes qui nous attendaient. Maintenant il est dans une residence pour personne autonome ils sont 9 et il est le plus vieux et les proprietaires disent que c est papa qui est le plus en forme. Passez une belle journee

      1. FMCoeurBlogue

        Le kombucha est une boisson obtenue grâce à la fermentation de sucre de canne, de thé et de saveurs naturelles, par à une culture symbiotique de levures et de bactéries. Les effets bénéfiques de sa consommation fréquente n’ont pas encore été démontrés. L’amélioration de la santé est à considérer dans une optique globale de saines habitudes de vie puisqu’aucun aliment n’est un superaliment à lui seul. Cette boisson légèrement sucrée n’est pas à privilégier dans le cadre d’une alimentation quotidienne au détriment de l’eau, qui est la source à privilégier afin de s’hydrater sainement.

Nous acceptons les commentaires sur nos articles, mais vous prions d’éviter l’utilisation de propos dégradants et de demeurer courtois et respectueux envers les opinions des autres. La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC se réserve le droit de supprimer les commentaires non conformes à sa politique.

Laisser un commentaire