Single Blog Title

This is a single blog caption
Woman looking through window

Le cœur des femmes

Les maladies du cœur et l’AVC ne sont pas des maladies d’hommes. Mesdames, apprenez à en reconnaître les signes.

Pourquoi parler du cœur des femmes?

Johanne Blais

Dre Johanne Blais

Parce que les maladies du cœur et l’AVC constituent deux des trois principales causes de mortalité chez les femmes de plus de 55 ans.

Longtemps, nous avons pensé que les maladies cardiovasculaires (MCV) étaient l’apanage des hommes. Ce n’est plus vrai. Oui, les femmes vivent plus longtemps et n’ont jamais été en aussi bonne santé. Toutefois, les facteurs de risque de MCV sont les mêmes pour les femmes que pour les hommes : tabagisme, hypertension artérielle, hypercholestérolémie, diabète, sédentarité, obésité et stress.

Il faut cependant prendre en considération certains facteurs jouant un rôle dans la santé du cœur des femmes. Sur le plan hormonal, nous sommes assez bien protégées contre les MCV par l’effet protecteur de l’œstrogène. Toutefois, cet effet protecteur s’estompe à la ménopause. Les femmes diabétiques préménopausées, le diabète annulant l’effet protecteur de l’œstrogène, courent le même risque de MCV que les hommes du même âge.

La prise de contraceptifs oraux par les fumeuses âgées de 35 ans et plus augmente le risque d’hypertension artérielle et d’AVC. Et les femmes qui présentent des complications durant la grossesse (pré-éclampsie, hypertension ou diabète de grossesse) peuvent souffrir de MCV au fil des ans.

Vous connaissez probablement les symptômes décrivant un problème cardiaque : douleur ou inconfort thoracique; douleurs au cou, à la mâchoire, aux épaules, aux bras et au dos; essoufflement, nausées, sueurs et étourdissements. Ces symptômes sont souvent les mêmes chez l’homme et la femme, mais sont perçus et décrits différemment. D’ailleurs, plusieurs études démontrent que les femmes ont tendance à douter qu’elles soient victimes d’une crise cardiaque et sont plus susceptibles de ne pas réagir immédiatement.

Finalement, en ce qui a trait au traitement médical, la plupart des études ont été faites auprès d’une population masculine. Et la majorité des médicaments cardiovasculaires ont été dosés pour les hommes, alors que la masse musculaire, le niveau hormonal et l’anatomie cardiaque de la femme entraînent des réponses possiblement différentes à ces traitements.

En définitive, il y a encore du travail à faire pour que les investigations et les traitements soient véritablement adaptés au cœur des femmes. En outre, il est important que chaque femme connaisse ses facteurs de risque et sache reconnaître les signes des maladies du cœur et de l’AVC afin de pouvoir les prévenir et les contrôler.

Prenons soin de notre cœur! Pour plus d’informations : lecoeurtelquelles.ca
Nous acceptons les commentaires sur nos articles, mais vous prions d’éviter l’utilisation de propos dégradants et de demeurer courtois et respectueux envers les opinions des autres. La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC se réserve le droit de supprimer les commentaires non conformes à sa politique.

Laisser un commentaire